Archives de Tag: twitter

Dany Lacerte et l’énorme retard de Twitter

Hier, pendant le peak du phénomène Dany Lacerte, j’étais, pour une fois, intéressé à connaître l’avis des gens. J’suis allé faire un tour sur Twitter et j’ai cherché pour le mot-clé « Dany Lacerte ». 7 résultats, seulement. What’s up Twitter? Parmi les 7 résultats, 5 provenaient d’un retweet de mon billet sur le sujet. Une seule autre personne avait pris l’initiative d’en parler. Les 6 autres étaient en lien avec moi.

Who da fuck is Dany Lacerte??? C’est ce qu’aurait pleuré le Canada anglais, en 2009, en voyant le nom du chasseur de cyber-prédateurs dans les Trending Topics du coté du Canada. Mais…on est en 2011 et Dany Lacerte n’a même pas fait un minimum de bruit sur Twitter. Du moins, pas avant que Dominic Arpin et TVA décident d’en parler, et même encore. Ça aurait dû.

Twitter n’est plus à l’affût. Il n’apprend plus les nouvelles à sa communauté avant les gens normaux. Faudra réviser les avantages d’être sur Twitter, parce qu’être à l’avant-garde n’en fait plus partie.

Je comprends un peu mieux pourquoi plusieurs gens dans le domaine des médias sociaux n’ont jamais eu connaissance du nom de Gab Roy et des autres personnages colorés du web d’ici et d’ailleurs…

Je déteste.

 

Publicités

Lettre anonyme d’une vedette adressée au public 2.0 des #Gémeaux

Salut, j’t’une vedette pis ça serait tu possible d’être bombardée de compliments sur twitter pendant que j’suis en ondes svp? Ça serait tellement apprécié! Les vedettes connectées sur le web ont plus de chance d’être invitées à Tout le monde en parle et du même coup, ont la possibilité de se faire offrir un poste d’animateur ou de chroniqueur sur un show télé. Je pense même qu’on pourrait me voir comme un expert en nouvelles technologies, why not? Je répondrai à tous vos tweets mais sachez que je vise particulièrement ceux qui ont reçu une invitation vidéo de la part de Opentélé, LOLZ, ces gens là sont branchés et experts dans leurs domaines propres. Ne soyez pas gênés de crisser mon pénis dans votre bouche sans pré-avis, l’inhibition a pris l’bord en tabarnack sur twitter depuis quelque temps, il ne devrait donc pas y avoir de problème, c’est bien vu. Mais bon, la machine semble déjà bien en marche, puisque vous semblez habitués à ce concept. Je pense qu’on va bien s’entendre.

Bon, on entre en ondes, deux secondes, je le tweet. Ok, c’est fait.

Je compte maintenant sur vous pour m’apporter tout ce support, cet amour, mais surtout, ce vent nouveau dans ma carrière. Vous parler à distance, sans les mauvais cotés d’une conversation désagréable, est le meilleur moyen de vous faire croire que vous faites partie d’la gang, que vous contribuez à quelque chose de grand. Dans la vie de tous les jours, vous, les non-vedettes, avez tendance à penser que les gens qui ne vous adressent pas la parole agissent de la sorte parce qu’ils ne vous aiment pas et/ou se croient au dessus de vous. Vous spéculez sur leur mauvaise foi…jusqu’à ce qu’ils vous adressent la parole. Du coup, toutes ces pensées négatives sont effacées sans exception. Il en est heureusement de même pour nous, les célébrités, lors d’un contact établi. Vos préjugés ne sont plus, nous devenons automatiquement des êtres sympathiques et la barrière qui vous empêchait de vous laisser aller dans une appréciation plus complète de notre travail est dorénavant défoncée. Vous êtes même un peu one of us, maintenant. Avec notre alliance, on va lui montrer au petit peuple que notre face peut revenir envahir toutes les tribunes pour une 36ème année consécutive. Par chance, vous êtes là et grâce à twitter et au lien qui nous unis, vous avez pu vous rendre compte que oui, effectivement, nous méritons encore de nous retrouver partout, sans réelle raison apparente. Mais ça maintenant, comme vous le dites si bien, nous sommes des personnes inspirantes et heureusement que ces bons mots ne sont pas influencés par l’attention que je vous accorde.

Merci twitter d’être arrivé à temps, sans toi, des jeunes beaucoup plus talentueux auraient pu s’approprier notre place.

Mais surtout, merci à vous de nous permettre toute cette facilité, merci d’être des tabarnack d’idiots qui dévoreraient notre pénis anytime en échange d’un semblant de succès web. Vous êtes des stars des médias sociaux LOL.

Une vedette anonyme.

HEY LES VEDETTES ARRÊTENT PAS D’ME PARLER C’EST GOSSANT TSÉ LOL!!!!

Le titre de mon billet représente la PIRE tabarnack de technique de namedrop au monde. Pour être sûr de bien vous mettre dans le contexte, je vous explique.

Ce qui est lu comme suit…

Hey c’est fatiguant lol Philippe Fehmiu me parle sur twitter lol je sais tu quoi répondre moi?

…est plutôt interprété dans 98% des cas de cette façon…

Hey j’suis super content, Philippe Fehmiu me parle sur Twitter, c’est la concrétisation de mes efforts à attirer l’attention des vedettes et comme j’peux pas me montrer trop enthousiaste mais que je dois absolument le ploguer, je vais faire un namedrop négatif, ça marche à tout coup et les gens ne verront sûrement pas que j’t’une tabarnack de groupie.

Sachez-le, pour la prochaine fois que vous voudrez ploguer que vous « connaissez » une personnalité. En plus d’être la méthode la moins efficace, c’est également la plus pathétique.

Je vous déteste. Toi aussi, Philippe Fehmiu, tu ne m’as jamais parlé.

Photo: Vox

Photo: Vox

Pourquoi j’espère que Google+ tuera Twitter

Twitter, à ses débuts de popularité était la façon numéro 1 pour les opportunistes et créateurs de buzz de se faire entendre. Il n’y avait que des influenceurs ou du moins, des gens qui avaient le potentiel de le devenir. On était tous des communicateurs. Mais bon, ça c’était avant que les gens « normaux » débarquent et fuck le truc. Ce qui est (était) génial avec twitter, c’est qu’il était inspirant, il permettait à l’homme d’affaires le plus à droite au monde de peut-être remettre sa vie en question et se crisser une patch « Kurt Cobain’s not dead » sur son veston. (Not.) Les gens se partaient un blogue comme ça, pour le plaisir, pour s’inspirer et inspirer les autres et des fois (souvent) ils se découvraient de nouvelles passions qui pouvaient se convertir en changement de carrière. Des adultes qui redevenaient ado, des avocats qui ne se savaient point artistes. C’était ça, pour moi, twitter. D’ailleurs, c’est ce twitter que j’ai connu qui a créé Le Détesteur, en 2009. J’suis même devenu graphiste et je compte étudier encore longtemps, moi qui n’avait jamais remis les pieds à l’école depuis 2003.

Twitter aurait dû rester comme ça. Il aurait dû garder son filtre et ne pas laisser les gens normaux qui travaillent chez IGA prendre le contrôle. Ils ont tué le twitter, eux. J’veux dire, c’est alright d’avoir une personnalité fade et sans talent, mais si tu viens sur twitter, ça devrait te servir à autre chose qu’à te matantiser encore plus, ma crisse. T’as tout détruit, toi. Au lieu de comprendre que tu mettais tes pieds sales sur le tapis d’un espace créatif, t’as décidé de poser tes sacs d’épicerie sur la table, de t’installer, parler pour parler, et jaser avec Guy A. Lepage, t’es la babyphat_luv_69 qui s’arrange pour que son nickname se ramasse sur toutes les tabarnack de timeline à chaque fucking 15 secondes. T’aurais pu t’intéresser à quelque chose, à un art, une technologie ou juste te partir un tumblr pour voir comment ça fonctionne, mais non, t’as même pas essayé. C’était plus simple de se faire RT par Alex Perron.  Bin ouais, c’est toi ça. Pis des comme toi, y’en a plein maintenant, y’a juste ça. Arrivée en matante et ressortie de là encore plus matante que ta chienne de tante.

Ce que propose Google+ est très intéressant. Dès les premières journées, quand j’ai reçu mon invitation, je me sentais comme dans les débuts de twitter, avec des gens passionnés et enthousiastes à l’idée que G+ soit le next big thing. Il offre sensiblement les mêmes choses que Facebook, à l’exception du mur, mais il est beaucoup moins fermé, ce qui fait qu’on peut l’utiliser un peu comme twitter. Le contenu provenant de l’externe peut donc voyager longtemps sans qu’on perde le posteur original. Je pense que c’est le réseau qu’on attendait. La famille ne s’y retrouve pas et on n’y partage pas forcément des choses qu’on veut garder privées alors les gens sont plus ouverts à connecter et partager. En gros, si tu n’acceptes pas n’importe qui sur ton compte Facebook parce qu’il est exclusif à ton entourage et que tu trouves que tu peux moins bien communiquer via twitter parce que tout va trop vite et les conversations sont moins facilement bi-directionnelles, je te suggère vraiment Google+.

Avec Twitter, on perd énormément de feedback et on ne sait jamais trop si les gens ont apprécié le contenu partagé et je pense que cette façon de fonctionner a fait son temps. Comme les influenceurs (les vrais) et créateurs de contenu (de qualité) préfèrent utiliser twitter avec pertinence (c’est à dire, PAS à chaque 2 minutes), les normaux qui n’ont rien à dire prennent vite le contrôle. Je pense que Google+ réglera rapidement ces failles et les matantes ne seront plus reines des médias sociaux.

Merci Google.

Twitter, matantes et impertinents, je vous déteste.

Google+ VS Twitter - Le Détesteur

TOP 10 DES FACES TWITTER QUI NOUS DISENT QUELQUE CHOSE

Je vous invite à faire votre top 5 en temps réel sur twitter sous le hashtag #tumedisdequoi

@nom1 @nom2 @nom3 @nom4 @nom5 #tumedisdequoi

Les faces qui nous disent quelque chose

Je vous suis, ils vous suivent, vous les suivez, tout le monde suit tout le monde. Même les vedettes vous suivent. Si leurs visages vous sont familiers parce que vous les voyez souvent à la télé, dites-vous que le votre l’est tout autant pour eux depuis qu’ils vous suivent sur twitter, dépendant de la fréquence de vos activités.

– Les personnes déjà connues avant d’être sur twitter ne seront pas listées puisque l’exercice permet de démontrer la puissance de celui-ci sur des gens qui ont su attirer l’attention sur eux par leur fréquence de partage de contenu et d’interactivité avec les autres.

– Cette liste ne détermine pas les personnes les plus intéressantes, mais bien les noms et visages efficaces qui reviennent le plus souvent, selon ma propre expérience twitter.

Sans plus tarder, voici la liste des personnes qui font maintenant partie de ma vie virtuelle malgré moi, des personnes qui risquent le moins de se faire twitter-snober par les vedettes.

Dans la rue, j’aurais l’impression de connaître les personnes suivantes:

#tumedisdequoi

@ crapules

@Thomadaneau

@graphilste

@DanyPaquin

@ZeLaurent

@mimonette

@laurent

@dezjeff

@annakarenine

@frankparenteau

LHASA DE QUI ÇA?

lhasa

Avant tout je dois dire que je n’avais aucune idée de qui était Lhasa De Sela avant l’annonce de sa mort. Bon ok, j’ai vu une pub télé qui annonçait son nouvel album, quelques semaines avant sa mort, mais c’est tout.

Cet événement est un exemple de plus qui me confirme qu’Internet force les gens à agir comme des imbéciles. Les controverses sont plus fréquentes que les repose en paix depuis une semaine!! Tout le monde veut donner son bout de vérité ou pointer quelqu’un du doigt. Trop occupés à savoir qui a raison et qui a tort, qu’ils ont oublié qu’une personne qui vient de perdre son combat contre une atroce maladie fait le sujet de débats ridicules. Qu’on ne me dise plus que la mort n’apporte pas de fausse sympathie, c’est bourré d’opportunistes qui cachent à peine leur envie d’y être impliqués.

Mais la grosse controverse est celle de l’animateur Louis Lacroix de la station FM 93 à Québec qui répète que personne ne connaissait Lhasa et que la machine médiatique de Montréal tente d’en faire une méga-vedette suite à sa mort. (cliquez pour écouter)

Un groupe facebook a été créé afin de lui demander des excuses publiques et sur twitter on le veut sur la chaise électrique. Lagacé, lui, défend la popularité de Lhasa par son million d’albums vendus à travers le monde et ses mentions internationales.

Mais quel argument de marde. Peut-être que les artistes, journalistes, universitaires et bohémiens de la terre se rejoignent tous sur le même genre de musique huppé, mais à la fin de la journée, Louis Lacroix n’a pas tort et la même question revient sur plusieurs paires de lèvres: Who the fuck is Lhasa De Sela?

Ça me rappelle étrangement un certain Joe B.G brulé vif dans un incendie au début de l’été 2007. Anciennement Mista Snake, le grand public n’avait aucune idée que ce rappeur existait, mais du jour au lendemain il était devenu une vedette…morte. Tout d’un coup, il ne s’agissait plus d’un simple jeune homme du nom de Jonathan Beaupré qui périssait, c’était maintenant le rappeur Joe B.G, la grande perte pour la scène musicale. C’était facile par la suite de faire une courte recherche afin de lui attribuer un rôle de vedette, il était signé sur le même label que le rappeur SP. Connu de la scène hip-hop, oui, mais à l’annonce de sa mort on pouvait encore lire sur les lèvres: Who the fuck is Joe B.G?

Et que dire de ces rappeurs qui excellent dans le monde du battle rap au niveau mondial? Certains d’entre eux, des Montréalais, ont affronté et défait des rappeurs de renom internationnal, mais à la fin de la journée, la même question reviendra toujours sur les lèvres: Who the fuck are Rugged Intellect and Loe Pesci?

Et c’est normal de le dire, qui les connaît? Je leur manque de respect?

Tous les artistes ne peuvent être connus de tout le monde, mais peuvent être très populaires au sein d’une communauté qui s’étend à l’échelle planétaire, comme Ghislain Poirier par exemple. Il n’y a pas de mal à ne pas connaître Lhasa, encore moins de l’affirmer et à ce que je sache Lacroix n’a pas dit qu’elle n’avait jamais réalisé de grandes choses, il a seulement dit l’évidence, personne ne l’a connaît sur la rue, au Québec.

Si un célèbre joueur international de curling décède demain matin par exemple, j’ai l’impression que sa communauté préfèrera que tout se déroule low profile prenant pour acquis que la plupart des gens ne le connaissait pas, en dehors de son sport. À Montréal, j’ai plutôt l’impression que c’est le contraire, la communauté d’artistes, hipsters et journalistes a l’air de prendre pour acquis que tout le monde connaît ce qu’ils aiment, sans vérifier à l’extérieur de leurs bulles bien fermées et confortables. C’est sûr qu’à force de laisser cette impression de grandeur, ça arrive forcément, tout le monde finit par connaître le band dont vous vantez tellement les mérites…Mais ça ne change rien au fait que la même question reste sur toutes les lèvres présentement…

WHO THE FUCK IS LHASA DE SELA???

On dirait que la communauté twitter se révolte contre la vraie vie. Faites-vous semblant de ne pas comprendre ou quoi? Faut vraiment avoir envie d’avoir l’impression de s’impliquer dans la mort de quelqu’un pour qu’aucune de ces personnes ne réalise à quel point les paroles de Louis Lacroix étaient banales et inoffensives. Se révolter pour se révolter, rien d’autre.

Ah oui, messages aux analystes de réseaux sociaux, calisse que vous êtes ridicules d’analyser et d’expliquer la réaction des internautes face à l’annonce de la mort de Lhasa. En voilà un résumé, crisse. Une personne est morte, les gens en parlent, point. La seule crisse de différence que tu risques de trouver, c’est que ça se passe derrière un clavier. À part de ça, arrêtez d’analyser les faits et gestes banals d’humains normaux comme si l’évolution de l’homme repartait à zéro juste parce qu’il communique à l’aide d’une sacrament de souris.

Je vous déteste.

MITSOU EN AMOUR AVEC L'OISEAU TWITTER

Les trois dernières fois que j’ai entendu parler de Mitsou, c’était pour une seule et unique chose: Sa fierté d’être populaire sur Twitter. Selon moi, ça revient au même qu’être fier de se faire reconnaître par 50 personnes dans un bar de région, quand ça fait plus d’une vingtaine d’années que tu es une vedette radio-télé à temps plein.

Les gens follow les vedettes, c’est normal, ce n’est pas un accomplissement. S’il fallait que les stars émettent des communiqués pour toutes les fois où elles se sont fait reconnaître dans la rue, ça ne finirait plus.

Sur facebook, les ex-participants de Loft Story sont parfois dans l’obligation de créer un deuxième compte personnel, parce que le premier a atteint sa limite de 5000 amis.

Ceci-dit, j’espère quand même la voir seins nus dans le magazine Clin d’oeil.