Archives de Tag: journal de montréal

Sous la perruque… Avec Jay St-Louis

Dans cette seconde capsule de Sous la perruque, j’ai reçu comme invité le jeune voyou-idiot, Jay St-Louis, qui se défoule sur trois sujets de son choix.

Si la vidéo ne s’affiche pas, vous devez désactiver votre « ad-block » ou bien, meilleure alternative, suivez le lien original de la vidéo sur youtube, en cliquant ici <——–

var AtedraVideo = AtedraVideo || {};
AtedraVideo.type = « youtube »;
AtedraVideo.video_id = « qNpiISKzj_o »;
AtedraVideo.width = 640;
AtedraVideo.height = 390;
AtedraVideo.flashvars = {};
AtedraVideo.params = {wmode: »opaque », allowfullscreen: »true », allowscriptaccess: »always »};
AtedraVideo.attributes = {id: »video »};
document.writeln( »);

Murphy Cooper - Jay St-Louis - Le Détesteur - Sous la perruque

Publicités

Richard Martineau et Patrick Lagacé

Suite aux menaces qu’a reçues Richard Martineau, j’ai eu envie de m’exprimer au sujet des gens qui acceptent mal les propos qu’ils peuvent lire.

Photo: canoe.ca

Photo: canoe.ca

Ce que disent Martineau et Lagacé, c’est banal, ils disent ce qu’ils pensent et remettent en question l’opinion commun qu’ont les gens. Je ne leur enlève aucun crédit, mais c’est vrai, si les gens n’étaient pas des suiveux et qu’ils pouvaient vraiment penser par eux-mêmes, ces deux journalistes ne seraient ni des héros, ni des trou-de-culs. Avant de lire leurs chroniques respectives, j’entendais souvent parler de leur réputations de mange-mardes et fouteux de troubles. J’ai attendu avant de juger. Maintenant que je les suis régulièrement, je peux constater que je suis un mange-marde aussi.

Un métier

Dans la vie, il y a des métiers en tout genre. On a besoin de médecins, parce qu’on n’a pas les compétences pour s’auto-guérir, on a besoin de mécaniciens parce qu’on ne peut réparer notre voiture et aussi triste que ça puisse parraître, on a besoin de penseurs, parce qu’on est incapable de se remettre en question. Ridicule, non? Pas besoin d’une formation pour dire ce qu’on pense, pourtant. Il ne suffit pas de dire que les choses sont bonnes ou mauvaises, ni noires ou blanches, il faut aussi pouvoir l’expliquer, pouvoir faire la part des choses. Trop souvent, les gens qui sont contre le noir vont systématiquement prendre position pour le blanc, sans même y réfléchir, mais est-ce que l’opposition est toujours la meilleur alternative??

Quand j’ai des arguments partagés sur un sujet, les épais qui sont contre, m’accusent d’être pour, et ceux qui sont pour m’accusent d’être contre, alors que je ne suis ni pour, ni contre. C’est une décourageante preuve que beaucoup trop de gens sont de vrais imbéciles. Ce n’est pas nouveau, mais il y a d’infinies possibilités de le prouver et de l’expliquer.

Dans un monde sans faibles, Richard et Patrick ne choquent pas, leurs paroles sont banales et plus faibles que tout ce qu’on peut entendre dans une cour d’école secondaire. Je ne fais pas exception.

Vous êtes faibles et je vous déteste.

Full Culture, c’est full…cool?

Ce matin, je fais un survol rapide du cahier week-end du Journal de Montréal, puis je tombe sur la très sérieuse chronique Full Culture, dédiée aux ados. Bon. Quand j’avais seize ans, s’il y a une chose que je trouvais ridicule, c’était bien quand les médias et agences de pubs pensaient m’interpeller en utilisant, d’une façon clichée et dépassée, nos expressions d’ados.

Pourtant, Anne-Marie Lobbe, ne semble pas si vieille! Pourquoi avoir accepté de faire une telle chronique? Du moins, j’espère qu’elle a fait pression pour un changement de nom!

Photo: chansontadoussac.com

Photo: chansontadoussac.com

J’arrive au point. Pour présenter Sir Pathétik, elle y va comme suit: « Lorsqu’on parle de rap ou de hip-hop québécois… »

Ma chère Anne-Marie…Rap ou hip-hop…peux-tu m’expliquer la différence entre les deux?? Bafouillements et silences se feront entendre, puisqu’aucune explication n’est possible. Le rap et le hip-hop ne sont pas deux styles musicaux distincts. En fait, hip-hop, c’est un mouvement constitué de plusieurs éléments. Et le rap, étant le MCing, est un des éléments de ce mouvement. On peut dire de la musique hip-hop, tout comme on peut dire de la musique rap. Alors, la prochaine fois que tu souffriras d’insécurité, à la place d’écrire les deux, informe-toi, ce n’est pas mon travail de le faire à ta place!

Je te déteste.

Full Culture, c'est full…cool?

Ce matin, je fais un survol rapide du cahier week-end du Journal de Montréal, puis je tombe sur la très sérieuse chronique Full Culture, dédiée aux ados. Bon. Quand j’avais seize ans, s’il y a une chose que je trouvais ridicule, c’était bien quand les médias et agences de pubs pensaient m’interpeller en utilisant, d’une façon clichée et dépassée, nos expressions d’ados.

Pourtant, Anne-Marie Lobbe, ne semble pas si vieille! Pourquoi avoir accepté de faire une telle chronique? Du moins, j’espère qu’elle a fait pression pour un changement de nom!

Photo: chansontadoussac.com

Photo: chansontadoussac.com

J’arrive au point. Pour présenter Sir Pathétik, elle y va comme suit: « Lorsqu’on parle de rap ou de hip-hop québécois… »

Ma chère Anne-Marie…Rap ou hip-hop…peux-tu m’expliquer la différence entre les deux?? Bafouillements et silences se feront entendre, puisqu’aucune explication n’est possible. Le rap et le hip-hop ne sont pas deux styles musicaux distincts. En fait, hip-hop, c’est un mouvement constitué de plusieurs éléments. Et le rap, étant le MCing, est un des éléments de ce mouvement. On peut dire de la musique hip-hop, tout comme on peut dire de la musique rap. Alors, la prochaine fois que tu souffriras d’insécurité, à la place d’écrire les deux, informe-toi, ce n’est pas mon travail de le faire à ta place!

Je te déteste.