Dans la peau d’un solitaire


J’ai toujours eu ce « problème » là dans ma vie, celui de devoir refuser des invitations pour cause d’avoir rendez-vous avec moi-même. De trop nombreux rendez-vous. C’est vrai, je dois passer plusieurs heures avec moi-même à me trouver cave, me trouver fucking nice et/ou surtout me remettre en question. Si je ne l’ai pas fait, j’ai bien de la misère à considérer que je pourrais me retrouver dans un environnement autre que le mien, ailleurs, à la dernière minute et sur une longue période de temps, conscient de ne pas m’être offert la solitude. Inconcevable.

J’ai toujours l’impression d’être le seul comme ça, vu les reproches qu’on ait pu me faire, ou les multiples dépressions qu’on m’ait prêtées. Sans compter les fois où j’ai dû modifier la réalité puisque l’excuse du solitaire n’est jamais valide. Pourtant, je sais, qu’outre les entourages dont j’ai fait partie, il y en a plein des gens comme moi, qui ont leur propre tête pour meilleur ami. Être solitaire ne veut pas toujours dire qu’il faut l’être en permanence, ça veut aussi dire qu’on a besoin de faire le plein d’essence plus souvent que les autres avant de continuer la route.

Plusieurs personnes DOIVENT, à chaque minute, être entourées de gens, sans répit, vivre en colocation avec minimum 12 personnes, sortir accompagnées de 26 autres, écouter des films en groupe…J’en connais qui n’ont pas été seules avec elles-mêmes, outre pour faire caca, depuis minimum 6 mois. J’en serais incapable. Ou je m’adapterais, si obligé j’étais. Je n’sais pas.

J’aime tellement profiter de ma solitude que je pense ne jamais pouvoir conduire une voiture, à cause de ça. Comme les temps libres se font de plus en plus rares, je tente de maximiser le peu de temps qu’il me reste pour me « dater ». En char, impossible de surveiller la route, de m’assurer de ne pas frapper un enfant ET de focus sur le fait que je me trouve FUCKING NICE, en même temps. À part si je frappe vraiment un enfant, là, les deux sont possibles, simultanément. Bin non. Pour vrai, je ne peux pas m’abandonner comme je le voudrais quand je conduis. Le transport en commun par contre me le permet, comme il me permet de lire. Il est une extension à ce moment inachevé à la maison, faute de temps. Ici on parle d’une solitude dans un bain de foule, se sentir seul parmi des étrangers qui vivent aussi leur solitude au même moment.

Être seul, ça permet de comprendre, d’apprendre, d’analyser, de constater des changements, de s’enrichir. Être seul plus souvent, s’apprivoiser, c’est aussi se donner la chance de s’avoir comme source principale d’influence.

À ceux qui ne m’ont jamais compris -n’ont jamais voulu -, je vais bien. Peut-être même plus que vous.

Soyez seul, souvent.

Publicités

17 réponses à “Dans la peau d’un solitaire

  1. « J’ai dû modifier la réalité puisque l’excuse du solitaire n’est jamais valide. »

    Comme je comprends…

    De dire qu’on a envie tout simplement d’être seul(e) à la maison perturbe et dérange et suscite l’insistance. Épuisant, tout ça.

    Mais je ne changerais pas de place avec ceux qui sont incapables d’être seuls ou d’apprécier un silence devant un café. 🙂

  2. Pingback: Tweets that mention Dans la peau d’un solitaire -- Topsy.com

  3. So true..

    J’ai toujours été comme ça, ce besoin d’être seul, de réfléchir. Bon je suis peut-être un peu plus modeste que toi, je me suis pas souvent trouvé « fucking nice » à réfléchir. Mais le reste de ton post est pas mal semblable à ce que je vis.. quoique je n’ai pas de mal à conduire 😉

    Fait cocasse, et il faut croire que les contraires s’attirent vraiment, mon meilleur ami est un de ceux qui n’en a jamais assez, qui doit constamment s’entourer, 10-12 personnes, tu disais incapable d’être seul avec lui-même.. c’est son portrait.

    Heureusement, ma tendre moitié comprend mon besoin d’être seul parfois et me donne beaucoup de temps libres.

    Merci pour votre blog Mr. Cooper!

  4. AMEN

    Dans les party, on m’envoie par réflexe chercher de la bière ou du vin parce que je suis  »le gars qui aime etre dans sa bulle. »

    Triste ou pas, je l’ai jamais su.

  5. Hey hey

    Comme je te comprends, j’adore être toute seule avec moi-même quand c’est le temps, même si ça tombe un vendredi soir…

    Par contre, juste de même.. je ne suis absolument pas une conductrice invétérée, je suis plutôt une adepte du vélo ou transport en commun, mais depuis que j’ai à conduire moins longtemps, moins souvent, je m’ennuie de mes rendez-vous avec moi-même en char en écoutant mes tounes préférées.

    Et pourquoi dire fucking nice aussi souvent?

  6. @wannabe #1

    Je ne suis sûrement pas assez expérimenté dans la conduite automobile pour en arriver à joindre les deux. En fait, j’ai un permis temporaire depuis 2001, dont je me servais pour conduire en solo dans mes plus jeunes années. Mais bon, je préfère quand même me déplacer sans avoir à prendre en charge ma sécurité et celle des autres, mais ça c’est subjectif. Faut dire que je prends le train, qui selon moi, est le meilleur transport pour réfléchir sans avoir de gens qui puent à chaque 2 bancs.

    Je voulais donner un ton ironique à mon « Fucking nice », mais la répétition n’était pas voulue, j’ai écrit selon le feeling sans presque me relire. Des fois ça donne ce que ça donne.

  7. Ça me fait du bien de voir que je ne suis pas seul…..

  8. Je trouve que ça me ressemble beaucoup!

    C’est rassurant de savoir qu’une solitaire n’est pas la seule à l’être.

    Très bon billet.

  9. On est pas les seuls à aimer être seul…

  10. Ahh je l’savais que t’habitais dans mon coin!
    Drag, Tim horton et le train ça trompe pas! Donc, Deux-Montagnes?

    Mais tu décris très bien ma moitié et j’ai dut m’adapter à ça alors on ne se voit pas tous les jours de la vie. Il a trop un besoin de se retrouver avec lui. Mais c’est pas mauvais, je comprends et je le respecte comme ça!

  11. @Tinky, exact!

    Mais, ça aurait pu être n’importe où, des D-Bags ça se déplace de n’importe quel coin pour se rendre à la plage d’Oka et/ou pour voir Dj Tiesto au Beach Club!

  12. Pareil pour moi! Après une heure dans un party j’ai juste envie de rentrer à la maison.

    Mais plus jeune j’étais du genre à m’entourer de 20 personnes tout l’temps. Faut croire qu’on change avec l’âge!

  13. Très bon texte , On bien bien seule et peu sont en mesure de comprendre que la solitude ce n’est pas un poids .

  14. Oui mais y’a des signes qui ne trompent pas!
    Dans ton post où tu parlais de ta jeunesse ça m’a tellement fait penser à Deux-Monts que ça pouvait pas être autre chose!
    +4 pour moi! Hehe

  15. J’tai de même avant a c’t’heure un peu moins quand même mais j’suis pas l’genre de gars a toujours être en gros groupe de malade genre j’aime être en p’tit groupe genre quoique des gros partys ça me dérange pas une fois de temps en temps la… mais généralement c’pas toujours pour être seul avec moi-même mais tr`s souvent pour être seul avec ma musique

  16. Vous êtes des niqués!

  17. C’est le post que je cherchais depuis que je suis née!!! Je suis exactement comme sa mais mes amis me le reprochent!!!j’ai un besoin constant de rester seul,écrire,rester dans mon monde pararèlle,créer des univers fantastiques,phisolophie, essayer de matérialiser les musiques en lieu etc……………. On dit que c’est un poids mais je trouve sa plutot comme un besoin!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s